Infogérance, externalisation, temps partagé : quelles différences ?

Infogérance, informaticien externalisé, temps partagé, DSI de transition : quelles différences ?

 

Lorsque vous évoquez la possibilité de faire appel à un prestataire externe pour mettre en œuvre des prestations informatiques, on vous parle d’infogérance, de temps partagé, d’informaticien externalisé ou encore de DSI de transition. Vous avez du mal à vous y retrouver ? 

 

Performatique vous explique, en détail, les nuances entre ces différentes appellations.


L’externalisation : confier une activité à une société externe

 

Pour une entreprise, l’externalisation consiste à confier une activité jusque-là réalisée en interne à un prestataire externe. Cela permet à l’entreprises de bénéficier des compétences d’autres professionnels pour gérer un certain nombre de tâches et donc de se concentrer sur son cœur de métier.


L’infogérance : l’informatique externalisée

 

L’infogérance est définie comme l’externalisation de la gestion du système informatique d’une entreprise. Cette notion, apparue dans les années 80, a pour but d’aider les entreprises dans la gestion de leur service informatique quand elles ne possèdent pas toutes les ressources nécessaires.


Ce type de prestation inclut différents services comme la maintenance de système informatique, la surveillance et la sécurisation de systèmes, le support technique ou l’évolution d’équipement informatique. Généralement, les entreprises s’engagent avec des prestataires d’infogérance sur des contrats de 1 à 5 ans.


On différencie cinq principaux types d’infogérances :

  • L’infogérance globale où l’intégralité du système informatique d’une entreprise est confiée à un prestataire extérieur.
  • L’infogérance partielle où une seule partie du système est confiée au prestataire.
  • L’infogérance applicative où le prestataire s’assure du bon fonctionnement des différentes applications.
  • L’infogérance d’exploitation où le prestataire s’occupe de l’hébergement, de la fourniture du matériel et de la gestion du système informatique.
  • L’infogérance d’infrastructure où le prestataire s’occupe principalement de la mise en condition opérationnelle du système d’information.
 

Freelance, informaticien à temps partagé ou DSI de transition ?

 

Le freelance représente généralement une alternative à l’embauche pour des postes à temps plein. L’informaticien à temps partagé est un professionnel qui propose ses compétences 1 ou 2 jours par semaine sur quelques mois à une entreprise. On parle aussi de DSI de transition lorsque le prestataire assure, comme son nom l’indique, la transition entre le départ du responsable informatique et l’arrivée de son remplaçant.


Plusieurs appellations pour un même objectif

 

Bref, vous l’aurez compris, beaucoup de possibilités se présentent aux entreprises qui souhaitent faire appel à des compétences externes. Chacune trouvera sans doute la formule la plus adaptée à son organisation. Ce qui est intéressant lorsque l’on fait appel à un indépendant, c’est la souplesse et la rapidité relative au démarrage des prestations, que l’on obtient plus rarement avec l’embauche d’un salarié, ne serait-ce qu’au niveau administratif.


Quels critères pour choisir un prestataire en informatique ?

 

Pour nous, le critère essentiel pour choisir son prestataire en informatique repose sur le fait qu’il vous comprenne et que vous le compreniez ! S’il vous écoute et s’il évite le vocabulaire trop technique pour de se mettre à votre portée, c’est qu’il a véritablement le sens du service.


Récemment, chez Performatique, une de nos missions a simplement consisté à « traduire » le contrat qu’un client avait souscrit avec un prestataire. Grâce à cette traduction, le client a pris conscience qu’il sollicitait son prestataire pour des services qui n’étaient pas compris dans le contrat. En fait, il était tout simplement resté sur le discours commercial involontairement trompeur : « oui madame, oui monsieur, ça on le fait, on fait tout ! ». Un avenant plus tard, la situation conflictuelle de départ a disparu
et les relations client-fournisseur sont revenus à la normale. En inversement, nous avons identifié des options qui ne lui étaient pas utiles, les sortir du contrat et ainsi réaliser des économies conséquentes.


Est-ce que l’infogérance coûte « cher » ?

 

Nous entendons souvent la remarque : « ça doit coûter cher, surtout dans l’informatique ! ». Même s’il est vrai que comme pour tout service, il y a un prix à payer, il est important de noter que le plus important reste de savoir le gain qui sera retiré de ces prestations !

Le premier gain est lié directement à la prestation : épargne d’une cyberattaque, augmentation de la productivité des salariés grâce à un système informatique plus rapide…


Le second est lié au temps gagné. Nous vous proposons une méthode toute simple pour savoir combien cela vous aurait couté de le faire vous-même :


  1. Prenez votre rémunération annuelle divisée par 100.
  2. Multipliez par le nombre de jours du devis.
  3. Multipliez par 2, voire par 3, selon votre niveau d’expertise dans le domaine.
 

Voilà, vous avez là une idée de ce que cela vous coûterait de le faire vous-même !

Vous souhaitez faire appel à un professionnel pour gérer votre informatique ? 

Contactez-nous au 06 07 89 33 95 !